Lémurien de Madagascar, hamster d’Europe et baleine franche : 3 espèces en voie d’extinction

Lémurien de Madagascar
Bannière 728x90

De multiples espèces animales sont au bord de l’extinction. Dernièrement, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) annonce la zone rouge pour trois espèces : le lémurien de Madagascar, le grand hamster d’Alsace et la baleine franche de l’Atlantique Nord. Les activités de l’Homme seraient en cause.

L’UICN tire la sonnette d’alarme

Selon l’ONU, on estime que 1 million d’espèces animales sur les 8 millions sur Terre sont menacées d’extinction et certaines très prochainement. L’UICN a publié sa nouvelle liste rouge. La directrice du groupe, Jane Smart, annonce « Le monde doit agir rapidement pour arrêter le déclin des populations d’espèces et prévenir les extinctions causées par l’Homme ».  Aujourd’hui, sur 120 372 espèces étudiées, 32 441 sont menacées dont 6811 qui sont en danger critique.

Le lémurien de Madagascar

Cette année, le lémurien de Madagascar s’ajoute à la liste rouge de l’UICN. Dans le monde, 103 des 107 espèces existantes sont menacées, principalement à cause de la chasse et de la déforestation. 33 espèces sont en danger critique, c’est-à-dire au bord de l’extinction. Grâce aux efforts humains et financiers, certaines espèces comme le lépilémur du Sahafary sont encore en vie, mais sans les aires protégées, la reforestation et le développement de l’éco-tourisme, ce ne serait probablement pas le cas. Toutefois, ces efforts n’ont pas été suffisants pour empêcher 13 espèces de passer au stade du danger critique, dont le microcèbe mignon, le plus petit primate au monde.

Le hamster d’Alsace

Le hamster d’Europe fait également partie des espèces figurant depuis peu sur la liste rouge de l’UICN. Si aucune mesure n’est prise rapidement, l’espèce pourrait disparaître d’ici une trentaine d’années. Ce rongeur, autrefois très présent en Europe (jusqu’en Russie) a actuellement délaissé les trois quarts de son habitat originel qui se situe en Alsace et en Europe de l’Est. On doit cette régression au faible taux de reproduction des hamsters : une femelle a environ 5 petits par an, alors que pendant le XXè siècle, elle en avait une vingtaine. L’atteinte à la fertilité des hamsters serait due au réchauffement climatique, à la pollution lumineuse, à la monoculture et au développement industriel.

La baleine franche

Fin 2018, on comptait moins de 250 baleines franches adultes, soit 15 % de moins qu’en 2011. Ces mammifères sont victimes de collisions avec des navires mais aussi des filets de pêche. Par ailleurs, le réchauffement des eaux océaniques est mis en cause par l’UICN. De nombreux scientifiques estiment que la sixième extinction de masse a débuté et que « la liste rouge est un baromètre de la vie sur Terre ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*