Les chats, ces animaux que nous aimons tant !

Un chat heureux

Les chats… Par où commencer pour les décrire, tellement il y a de choses à raconter sur ces petits animaux de compagnie que nous aimons tant ? Races, alimentation, hygiène, santé, comportement… Voici quelques informations et bonnes pratiques sur nos félins préférés. Et en bonus, un petit quiz pour déterminer si votre chat est heureux !

Petite introduction

Les chats domestiques, ceux que nous avons à la maison, sont des mammifères carnivores – c’est-à-dire qu’il possèdent des canines et mangent de la viande – de la famille des félidés. On compte plus de 50 races différentes, toutes prédatrices, c’est-à-dire amatrices de chasse (oiseaux, rongeurs…).

Les chats communiquent de plusieurs manières :

  • le ronronnement, pour exprimer du plaisir,
  • le feulement et le grognement, pour exprimer un mécontentement, de la peur ou de la domination,
  • le miaulement, pour exprimer la faim, la soif, la douleur ou autres gênes.

Les chats produisent également des phéromones, l’équivalent des hormones chez l’humain, qu’ils émettent pour communiquer avec leurs confrères, principalement dans le but de marquer leur territoire et leur attirance sexuelle. Mais avant tout, ils s’expriment par leur position corporelle.

Les chats sont réputés pour leur vision nocturne très affûtée ainsi que pour leur place importante dans l’histoire : dans l’Egypte ancienne, par exemple, le chat représentait un animal divin.

Les différentes races de chat

Comme nous le disions, il existe plus de 50 races de chat recensées à l’heure actuelle. Toutefois, pour qu’un chat soit reconnu « de race », il faut qu’il dispose d’un pedigree, délivré par un une association féline agrée. Sans cette preuve de pedigree, il sera considéré comme un chat de gouttière et ne pourra être reconnu que comme un chat « de type X ». Par exemple, un chat à l’allure persane qui dispose d’un pedigree sera appelé un Persan, alors que le même chat sans preuve de pedigree sera surnommé un chat de type Persan.

Les races de chat les plus communes en Europe sont :

  • le Sphynx, qui possède de grandes oreilles, un nez allongé et pas de poils, hormis un simple duvet,
  • le Birman, avec un nez aplati et un pelage très touffu,
  • le Chartreux, d’apparence commune,
  • le Scottish Fold, aux oreilles rabattues (fold = plié, en français),
  • l’Européen, ou chat de gouttière, le plus commun dans nos maisons,
  • le Siamois, aux grandes oreilles, au nez allongé et au pelage court,
  • le Norvégien, aux longs poils,
  • l’Angora Turc, de petite carrure,
  • l’Abyssin, de petite carrure et aux grandes oreilles,
  • le Persan, au pelage très touffu et au nez aplati,
  • le Bengal, au pelage tacheté comme une panthère,
  • le Bleu russe, à la carrure très mince,
  • l’Exotic, dont la face rappelle celle d’un bulldog,
  • le Savannah, au pelage tacheté et à petite carrure,
  • le Sibérien, qui possède comme une légère crinière autour du cou…

Bien sûr, nous ne pouvons pas toutes les citer ici, mais voila déjà de quoi vous donner une idée.

Alimentation : que mangent les chats ?

Les chats sont des animaux carnivores, c’est-à-dire qu’ils mangent de la viande. Mais ne vous méprenez pas, ils ne mangent pas QUE de la viande. Si vous leur donnez un reste de hachis parmentier, à moins qu’il ne soit très difficile, il mangera aussi bien la purée que la viande hachée.

Toutefois, certains chats sont plus sensibles que d’autres face aux aliments moins courants. Comme chez les humains, il n’y a pas de régime alimentaire parfait pour le chat, mais plutôt un régime adapté à chaque individu. Par exemple, si vous avez toujours donné des croquettes à votre chat, lui donner de la pâtée pourrait lui déranger l’estomac… Comme si vous donniez à manger de la viande à un végétarien après plusieurs années de régime.

Il est donc important de procurer à votre félin une alimentation régulière. Si, pour des raisons économiques, vous préférez lui donner des croquettes, ne lui donnez pas de pâtée, à moins que cela ne soit régulier. Idem pour les restes alimentaires : si vous ne lui en donnez pas régulièrement, éviter de le faire ponctuellement, à l’occasion des fêtes de fin d’année par exemple. Vous pensez lui faire un cadeau, mais il sera probablement malade suite à un repas trop gras dont il n’a pas l’habitude.

Quant à la fréquence, c’est pareil : il n’y a pas de règle stricte, à part la régularité. Vous avez d’ailleurs sûrement déjà entendu un (ou une amie) vous raconter que son petit chat le (ou la) réveillait tous les matins à heure fixe pour son déjeuner matinal. Et bien oui, ce n’est pas un mythe : le chat aime manger à heure régulière. Qu’il s’agisse d’un ou plusieurs repas par jour, peu importe ; l’important est qu’il mange à heures fixes.

Au regard de la quantité, le chat aime généralement manger en petites quantités et régulièrement. L’idéal est de l’habituer, dès le plus jeune âge, à gérer lui-même les quantités qu’il consommera. Servez-le donc à volonté, à lui de manger quand bon lui semble. Attention, toutefois, si votre chat est adopté et qu’il n’a pas été habitué à ce modèle étant jeune, il ne saura sans doute pas se gérer tout seul – la peur de manquer étant due au traumatisme passé – et il faudra le servir en quantités raisonnables. Il sera sans doute également nécessaire de bien ranger la nourriture humaine dans votre cuisine.

Notez également que si vous surprenez votre chat en train de manger de l’herbe ou des feuilles de plantes, rassurez-vous, il n’est pas devenu végétarien ! C’est sa façon de se purger : un peu comme l’humain mange de la salade, un aliment sans aucune propriété nutritionnelle mais nécessaire au nettoyage de l’appareil digestif, le chat aussi à besoin de manger de l’herbe pour la même raison, à la seule différence qu’il va la régurgiter par la suite.

Rappelons également que les sucreries et le chocolat sont à proscrire du régime de votre animal. Ces aliments pourraient le rendre très malade à long terme et augmenter considérablement son niveau de stress.

Hygiène : comment bien s’occuper d’un chat ?

Pour que votre chat soit heureux, il faut qu’il bénéficie d’une hygiène impeccable, à commencer par la litière. Même si vous vivez dans une maison de plain-pied, vous devez lui installer une litière dans la maison, pour les jours d’intempéries ou tout simplement s’il n’a pas envie de sortir.

Pour remplir la litière, il est impératif d’utiliser les produits destinés à cet effet. N’utilisez pas de sciure ou de copeaux de bois, matières qui risqueraient d’encombrer ses poumons lorsqu’il recouvre ses excréments. Il n’est pas nécessaire de changer la litière à chaque fois qu’il l’utilise – vous pouvez utiliser une pellette pour retirer les crottes au fur et à mesure -, mais le plus souvent sera le mieux.

Pour savoir si votre chat est satisfait de sa litière, c’est très simple : observez-le lorsqu’il l’utilise.

  • S’il rentre dans le bac sans hésitation, creuse un petit trou, y fait ses besoins en maintenant solidement ses pattes et recouvre ses excréments avec soin, bravo ! Votre chat est content de ses toilettes.
  • En revanche, s’il hésite à rentrer, tourne autour à la recherche d’un coin plus propre, secoue les pattes comme pour se débarrasser de quelque chose de gluant, baisse les oreilles en faisant ses besoins, se met en équilibre sur le rebord de la caisse, ne recouvre pas ses besoins ou fait semblant en grattant l’air ou les parois de la caisse, c’est qu’il est temps d’en changer.

Si, malgré tout, votre chat semble obstiné à ne pas utiliser sa litière, le problème peut alors venir d’ailleurs. Par exemple, si vous utilisez du désodorisant pour litière, bien que l’idée provienne d’une bonne intention, les odeurs chimiques pourraient être la cause de sa répulsion. D’autre part, une litière trop petite ou mal placée – trop haute, difficilement accessible… – pourrait également le freiner.

A part la litière, il n’existe aucune obligation au regard de l’hygiène du chat, celui-ci étant très autonome à ce niveau. Vous pouvez le brosser – à l’aide d’une brosse ou d’un gant spécifique -, lui nettoyer les oreilles – en prenant soin de ne pas aller trop en profondeur -, lui nettoyer les yeux ou encore lui brosser les dents afin d’éliminer le tarte, souvent responsable d’une mauvaise haleine… Mais aucune de ces tâche n’est indispensable.

Santé : Quelles maladies peuvent toucher le chat ?

Comme l’humain, la chat peut être sujet à de nombreuses maladies, certaines similaires aux nôtres. Le seul impératif, si votre chat possède un accès à l’extérieur, est de le protéger contre les puces et les tiques, grâce à un collier ou des gouttes prévus à cet effet. Ce type de traitement est à renouveler tous les 4 à 6 mois en général.

Si votre chat vomit sans arrêt, deux cas de figure s’appliquent : soit il ne vomi que de l’herbe et est en fait simplement en train de se purger (voir Alimentation), soit il vomit sa nourriture et là, il est sans doute préférable de consulter un vétérinaire.

A savoir qu’une des cause de vomissement peut éventuellement être due au FIV ou FeLV, des maladies félines similaires au SIDA chez l’homme. Ces maladies ne sont pas si rares et, malheureusement, incurables. Elles se déclarent généralement vers une dizaine d’année pour le FIV et vers les 3 à 5 ans pour le FeLV. Les symptômes sont de la fièvre, des vomissements, occasionnellement des croûtes autour des yeux et, surtout, un affaiblissement progressif.

Le FIV atteint les globules blancs présents dans le sang et diminuent ainsi les capacités immunitaires de l’animal. Le sang devient alors également trop liquide pour être correctement transmis aux différentes parties du corps, qui ne seront donc plus assez oxygénées. A terme, la langue apparaît très claire, voire presque blanche, par manque de circulation sanguine et petit à petit, le chat perd ses capacités motrices car le cerveau n’est plus assez irrigué en oxygène. A ce stade, il est urgent de le faire euthanasier pour mettre fin à sa souffrance.

Mais rassurez-vous, ces maladies n’atteignent pas non plus tous les chats. Il existe également de nombreuses autres maladies sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres articles.

Comportement : comment savoir si son chat est heureux ?

Pour terminer, voici un petit quizz pour vous aider à déterminer si votre chat est heureux.

  • 1. Votre chat se frotte-t-il contre vous ?
  • Un chat qui se frotte n’est pas seulement un chat qui fait un câlin. Il est, en fait, en train de déposer ses phéromones (voir Intoduction). S’il se frotte à vous, c’est qu’il vous inclue comme partie intégrante de son territoire. Il vous a donc définitivement adopté(e). Bravo !

  • 2. Votre chat ronronne-t-il ?
  • Symbole indéniable de bonheur et de relaxation ultimes, le ronronnement de votre chat est un message très clair : « Tout va bien dans le meilleur des mondes ».

  • 3. Votre chat montre-t-il son ventre ?
  • La plupart des chats n’aiment pas qu’on leur touche le ventre. Si le vôtre montre le sien, c’est qu’il se sent vraiment très à l’aise et, surtout, en sécurité. Mais attention, cela ne veux pas dire qu’il faut le toucher. Bas les pattes !

  • 4. Votre chat vous lèche-t-il occasionnellement ?
  • Comme l’humain fait des bisous, le chat montre son affection en léchant, comme si vous étiez son petit. Les mâles sont donc moins enclins à ce signe d’affection, mais ne vous méprenez pas, cela ne veut pas dire qu’il ne vous aime pas.

  • 5. Votre chat « pétrit »-il ?
  • Un chat peut « pétrir » (pousser alternativement avec ses deux pattes en sortant doucement ses griffes, tout en tétant) pour deux raisons : soit il a été retiré trop tôt de sa mère, en quel cas il ne pétrit que pendant son jeune âge pour simuler la tète de sa mère, soit il est tellement heureux qu’il retombe en enfance. Un peu comme quand vous mangez une tarte aux pommes qui vous rappelle celles de votre grand-mère. Quel bonheur !

  • 6. Votre chat rapporte-t-il des proies devant votre porte ?
  • Si c’est le cas, surtout, ne le punissez pas ! C’est un cadeau qu’il vous rapporte. Il est normal qu’un chat dépose ses proies devant votre porte. Il est également courant qu’il miaule pour vous prévenir. Souvent, il ne mangera pas sa proie tant que vous ne l’aurez pas vue. C’est une marque de reconnaissance, de respect et d’amour.

  • 7. Votre chat vous observe-t-il en clignant lentement des yeux ?
  • Non, il n’est pas en train d’essayer de vous amadouer pour une tasse de lait ou un bout de jambon, il vous dit seulement qu’il est relaxé en votre présence, ce qui est bon signe.

  • 8. Votre chat vous tend-il le derrière ?
  • Non, il ne vous tourne pas le dos, il vous tend la partie de son corps où il adore qu’on le câline. Il est en train de vous proposer un moment d’affection à partager. Ne lui refusez pas !

  • 9. Sa queue se tend-elle lorsque vous le câlinez ?
  • Il est également normal que sa queue se tende lorsque vous lui faites un câlin. C’est la preuve qu’il apprécie intensément ce moment.

  • 10. Votre chat est-il joueur ?
  • Un chat qui joue est un chat qui s’abandonne au plaisir. Il n’a ni peurs, ni douleurs, ni stress, ni colère. Bref, aucun mauvais sentiment ne vient faire de l’ombre à sa journée, alors il en profite pour s’amuser. Quoi de plus normal ?

  • 11. Votre chat mange-t-il correctement ?
  • Comme chez l’humain, un bon appétit est signe d’une bonne santé, tant physique que mentale. C’est bon signe si votre chat mange correctement et régulièrement.

    Si vous répondez « oui » à au moins 6 de ces questions, bravo ! Votre chat semble des plus heureux. Si, en revanche, vous répondez négativement à plus de la moitié des questions, c’est qu’il faut peut-être remettre en question certains éléments de son quotidien. Nous vous conseillons de faire ce test au moins une fois par an, cela vous donnera un aperçu de l’évolution de son humeur. Si celle-ci semble se dégrader, votre chat présente peut-être des troubles de la santé, comme une maladie à long terme qui pourrait l’affecter particulièrement. C’est souvent le cas pour le FIV par exemple (voir Santé).

    Et voici pour l’instant ! Nous reviendrons sur certains de ces points dans des articles futurs. En attendant, nous vous souhaitons tout le bonheur du monde en compagnie de vos petits félins. Miaou !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*