Page dernièrement modifiée le Samedi 27 Septembre 2003

VIE ET BIOLOGIE DU CHAT FORESTIER

Nous parlerons donc de la vie et de la biologie du chat forestier, à travers plusieurs paragraphes :


DESCRIPTION

Le chat forestier ou chat sauvage est une espèce à part entière. C'est un animal, tout à fait différent du chat domestique tigré ou du chat haret (chat domestique retourné à l'état sauvage), bien qu'il soit son principal ancêtre.

Chat forestier surpris en pleine forêt.

Photo : © Fabrice Cahez - www.fabricecahez.com

Le pelage du chat forestier varie du gris ou fauve clair avec des rayures latérales noires mais peu marquées, contrairement au chat domestique tigré qui a de belles rayures fortement marquées. Il possède une épaisse queue annelée (2 à 5 anneaux) terminés par un manchon noir. C'est le principal critère d'identification entre ces deux espèces. On distingue également le chat forestier par la présence d'une bande noire bien visible sur son dos, qui va de la nuque au début de la queue.

Le poids moyen est de l'ordre de 5 kg pour un mâle et de 3,5 kg pour une femelle. Cependant, des individus de plus de 7 kg ont été enregistrés.

La taille d'un chat forestier varie entre 70 cm et 1,20 m (queue comprise).

La longévité du chat sauvage peut être de 15 ans.

Retour vers le haut de la page


MODE DE VIE

Le chat forestier est un animal principalement crépusculaire (actif du coucher du soleil à 22 h) et en partie diurne, dans les endroits très tranquilles et non fréquentés par l'homme. C'est un félin très discret, très silencieux et il est donc extrêmement difficile de l'observer dans la nature. La journée, le chat sauvage se repose dans des gîtes où il aime y prendre des bains de soleil.

Même si, comme beaucoup de félins, il grimpe aux arbres (surtout pour se reposer ou se protéger de ses prédateurs), il passe la plus grande partie de sa vie au sol.

Retour vers le haut de la page


BIOTOPE ET DOMAINE VITAL

Comme son nom l'indique, le chat forestier est un animal des bois.

Interface entre champ et forêt (ici dans l'est du Massif ) : milieu de prédilection du chat forestier.

Photo : © Mathieu Krammer - juillet 2006 - Haute-Loire.

En fait, il a besoin de forêts (surtout de feuillus : hêtres, chênes, charmes ...) et de milieux plus ouverts pour pouvoir chasser. Il fréquente donc les lisières, les clairières, les côteaux ensoleillés, les stades jeunes des forêts ou les zones boisées clairsemées. Il semble également apprécier la présence de quelques rochers sur son territoire. C'est dans les massifs forestiers bordés de prairies, de vergers ou de pâtures que les densités sont les plus importantes. Tant qu'il existe une continuité forestière importante, le chat peut s'observer indifféremment dans les régions de plaines, de plateaux, de collines ou de moyenne montagne.

Le domaine vital des chats forestiers est très vaste. D'après des études effectuées en Lorraine, le domaine d'activité des femelles est d'environ 190 ha alors que le domaine des mâles varie de 590 à plus de 1 200 ha. Les animaux, à la recherche de nourritures, alternent périodes de déplacements importants (longues excursions de 10 à 20 km) et période de "calme" où l'animal se déplace très peu, au sein même de leurs domaines vitaux. Lors de pénurie alimentaire, il arrive même que les individus réalisent des périples en dehors du domaine vital. Au sein du territoire, il y a plusieurs gîtes diurnes (de 2 à une dizaine) occupés parfois régulièrement, parfois temporairement par les chats sauvages. Durant la mauvaise saison, ces gîtes sont protégés et abrités : ce sont des terriers ou des abris sous roches ; tandis qu'en été, il ne s'agit pas d'un emplacement précis : c'est un arbre, un bosquet dense ou une parcelle forestière.

Il semble que les individus se tolèrent fort bien sur leurs domaines vitaux. Si le domaine d'un mâle recouvre souvent celui d'une ou plusieurs femelles, les territoires de plusieurs mâles peuvent également se chevaucher. Même en dehors de la période de reproduction, on a vu des gîtes diurnes, d'un mâle et d'une femelle, très proches. Lorsque les proies se font rares, on peut voir plusieurs chats chasser ensemble.

Retour vers le haut de la page


NOURRITURE ET TECHNIQUES DE CHASSE

En France, de nombreuses études ont été effectuées sur le régime alimentaire du félin.

Voici l'illustration de la chasse dite de l'affût (voir plus bas).

Photo : © Jean-Michel Lenoir - www.vie-sauvage.com

Les premières font apparaître que les rongeurs constituent la principale source de nourriture du chat forestier (plus de 90 % du nombre total de proies ingérées), loin devant les oiseaux (moins de 3 %) et les batraciens. En Lorraine, des études plus récentes montrent qu'une fois de plus, le chat sauvage est le véritable spécialiste de la chasse aux rongeurs : plus de 90 % du régime alimentaire se compose de rongeurs dont 33 % de campagnols de champs, 28 % de mulots, 25 % de campagnols roussâtres, 9 % de campagnols terrestres et 4 % de loirs. En Espagne ou en Ecosse, le lapin de garenne est également consommé et il devient une proie aussi importante que les rongeurs.

Le chat forestier chasse toujours au sol, jamais dans les arbres, soit en forêt soit en milieu ouvert (friches situées en lisière des massifs forestiers, champs ...). Pour chasser, le chat sauvage utilise 2 stratégies différentes :

Toutes les proies sont tuées sur le coup, d'une morsure à la base du crâne, après avoir été saisies par les pattes avant du félin.

Retour vers le haut de la page


REPRODUCTION

Nous savons très peu de choses sur la reproduction du chat forestier.

Les accouplements ont lieu de janvier à mars, tandis que la plupart des naissances dans la nature ont lieu de mars à juillet (les deux tiers se déroulent de la mi-mars à la fin-avril), bien qu'on en ait observé jusqu'à la fin de l'automne (pour des portées de remplacements).

La gestation est de 56 à 63 jours. La femelle, qui n'a qu'une portée par an, met bas 1 à 6 petits (3 en moyenne) dans un endroit caché, abrité de l'humidité et des intempéries (fourrés denses, anfractuosités rocheuses, souches, tas de bois ou même terriers abandonnés de renards ou blaireaux).

La femelle les allaite pendant 3 mois, puis les jeunes s'émancipient vers 5-6 mois. La maturité sexuelle intervient à l'âge de 1 an.

Superbe chaton forestier.

Photo : © Centre Athénas - www.athenas.fr

Retour vers le haut de la page

Copyright © 2001-2007 - Mathieu Krammer - Tous droits réservés


Retour vers l'index

Retour vers la page d'accueil